Accueil / Hugues Delmas / Baisser la tête pour avoir l’air dominant

Baisser la tête pour avoir l’air dominant

Etre souriant, avoir un visage renfrogné… ces expressions montrent que les mouvements faciaux influencent la perception que l’on se fait d’une personne. Les recherches sur la perception du visage ont eu tendance à se focaliser sur la morphologie et l’activation des muscles faciaux, et ont ignoré l’impact de la position de la tête. Les mouvements de têtes peuvent-ils modifier la perception que l’on se fait d’une personne sans impliquer la musculature faciale ?

Witkower et Tracy (2019) ont émis l’idée que la position de la tête joue un rôle essentiel dans la perception des visages et cela sans qu’aucun mouvement facial ne soit impliqué. Plus précisément, le fait de bouger la tête (à droite, à gauche, vers le haut, etc.) pourrait modifier la perception que l’on se fait d’un visage en donnant l’illusion de la présence d’un mouvement facial. Par exemple, le fait d’incliner la tête vers le bas donne l’impression que les sourcils sont froncés (sourcils baissés et en forme de V), et cela même lorsque le visage garde une expression neutre.

Bien qu’incliner la tête vers le bas n’implique pas de froncement des sourcils (codé AU 4 par le facial action coding system), l’acte de baisser la tête pourrait jouer le rôle d’un “imposteur du froncement des sourcils”, en impliquant la perception des mêmes changements faciaux sans qu’il y ait en réalité de mouvement des sourcils (voir image ci-dessous).

Le froncement des sourcils modifie la perception que l’on se fait d’une personne. Une personne affichant des sourcils froncés sur son visage est perçue comme ayant un rang social plus élevé, ayant une plus grande force physique, étant plus effrayante et dominante. Ces résultats concernent les mouvements des sourcils, les auteurs ont voulu tester s’ils pouvaient retrouver les mêmes résultats avec l’inclinaison la tête (vers le bas ou vers le haut).

Au travers cinq études (1517 participants), les auteurs ont trouvé que le fait de baisser la tête vers le bas change l’apparence des sourcils en donnant l’impression qu’ils sont baissés et en forme de V (froncement des sourcils, AU 4), et que ces changements visuels sont associés avec une augmentation de la perception de domination (lorsque les yeux sont dirigés droit devant).

Selon les auteurs, cet effet ne peut être attribué à des mécanismes alternatifs comme la perception d’une attitude de fermeture, la perception de la forme de la bouche, ou une augmentation du ratio hauteur et largeur du visage visible. De plus, contrôler la forme des sourcils lorsque la tête était baissée a supprimé l’effet observé. Par ailleurs, les résultats montrent que percevoir le haut du visage (sourcils) était nécessaire et suffisant pour faire émerger la perception de domination lorsque la tête est inclinée vers le bas.

Les jugements sociaux que nous faisons à partir des visages ne sont pas uniquement modifiés par la forme du visage (e.g., largeur du visage) ou sa musculature (e.g., présence d’un sourire) mais aussi par les mouvements et les positions de la tête.

Référence : Witkower & Tracy. (2019). A facial-action imposter: how head tilt influences perceptions of dominance from a neutral face. Psychological science, 30(6), 893-906.

À propos Hugues Delmas

Docteur en psychologie. Auteur du livre "Le Mensonge : Psychologie, applications et outils de détection".

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*