Accueil / Corps / Croiser les bras est un signe de persévérance

Croiser les bras est un signe de persévérance

croiser les brasUne idée communément admise est que le croisement de bras est un signe de fermeture. Et gare à celui qui fera l’affront de croiser les bras lors d’une discussion, d’une réunion, ou lors d’un entretien d’embauche ! Le pauvre homme s’exposera soit à des remarques du genre « Tu ne m’écoutes pas ? » ou encore « Vous n’êtes pas d’accord ? ». Soit à un jugement que l’on ne lui laissera même pas le loisir de contre argumenter. L’objet de cet article est de mettre fin à cette idée très répandue selon laquelle le croisement de bras témoignerait la fermeture de son auteur.

Croiser les Bras signe de persévérance et de performance

Le non verbal joue un rôle central dans la manière dont les personnes communiquent leurs pensées, leurs émotions et leurs intentions aux autres. D’où l’enjeu de connaître le plus justement possible les causes et effets réels du comportement non verbal. D’écarter toute croyance ou idée reçue injustifiée qui conduisant à des erreurs de compréhension de l’autre. Pourquoi donc ne pouvons-nous pas prendre pour vraie la formule « croiser les bras = fermeture » ?

Simplement par ce que les études à ce sujet ne mettent pas en évidence une quelconque relation entre le fait de croiser les bras et d’être en désaccord, de ne pas être à l’écoute ou tout autre qualificatif lié à la personnalité. Par contre d’autres mécanismes ont pu être mis en avant.

Friedman et Elliot ont mis en évidence que le fait de croiser les bras permet d’être plus performant dans la réalisation de tâches demandant un effort cognitif important. Notamment car le fait de croiser les bras conduit à faire preuve de plus de persévérance. Les participants à l’étude composée de deux expériences, devaient soit croiser les bras, soit garder leurs mains sur leurs cuisses, pendant la réalisation d’anagrammes de différents niveaux de complexité et de degré de solvabilité. Le nombre d’anagrammes réalisés et la durée de la persévérance des sujets face à des anagrammes insolvables ont été mesurés.

Ainsi, les chercheurs ont identifié un effet du croisement de bras sur la persévérance et sur la performance à la fois, par deux biais : directement et indirectement. Les personnes croisant les bras au cours de la réalisation des tâches qui leur étaient confiées, se sont révélées plus performantes et plus persévérantes.

croisement de bras

D’autres études ont montré que la flexion et l’extension des bras étaient respectivement associées aux motivations d’approche et d’évitement. Par exemple, la flexion et l’extension des bras ont notamment été identifiées comme facilitant respectivement le traitement cognitif de mots positifs et de mots négatifs. D’autres auteurs ont montré que les personnes répondaient plus vite aux mots positifs  lorsqu’ils avaient les bras fléchis, et plus vite aux mots négatifs quand ils avaient les bras tendus.

Alors, bien plus qu’une relation antagonique d’ouverture et de fermeture, il semblerait qu’il y ait un lien entre la configuration des bras et la valence émotionnelle. De surcroit, les croisements de bras auraient des liaisons qui ne se restreignent pas au champ des affects, mais sur la capacité des personnes à persévérer dans une tâche cognitive difficile. Alors la prochaine personne que vous verrez croiser les bras ne lui jetez pas la pierre, il vous écoute très certainement, et fait visiblement des efforts pour vous suivre.

Référence : Ron Friedman & Andrew J. Elliot. (2008) The effect of arm crossing on persistence and performance, European Journal of Social Psychology
Eur. J. Soc. Psychol. 38, 449–461.

À propos Gladys Raffin

Rédacteur

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*