Accueil / Visage / Expression faciale / L’imitation aide à correctement identifier les émotions

L’imitation aide à correctement identifier les émotions

La compréhension des émotions d’autrui passe-t-elle en partie par un subtil mimétisme des expressions faciales de notre interlocuteur ? En diminuant l’imitation du sourire des chercheurs ont évaluer si les personnes distinguer correctement les vrais des faux sourires.

L’interprétation correcte des expressions faciales de nos interlocuteurs. De récentes théories suggèrent que l’interprétation des expressions du visage est sous-tendue par l’imitation automatique des expressions faciales. L’imitation aide alors l’observateur à correctement interpréter les expressions faciales de ses interlocuteurs. En faite, l’imitation automatique aide l’observateur à revivre intérieurement l’émotion ressentie par son interlocuteur ce qui aide à la reconnaissance. Le fait qu’un geste produit aide à faire émerger une émotion ou un concept est appelé embodiment. Cette approche se base sur le constat que la perception et l’action sont étroitement liées, ainsi plusieurs études ont mis en évidence cette observation au niveau des expressions faciales.

Par exemple, juste en bloquant l’imitation dans le bas du visage d’un observateur, celui reconnaît beaucoup moins bien les expressions de joie et de dégoût, mais aucune différence n’a été observé pour les expressions faciales de tristesse et de peur. Ces résultats sont impressionnants car le simple fait d’empêcher une personne d’imiter inconsciemment une expression baisse sa capacité de reconnaissance d’expressions faciales qui sont généralement très bien reconnues.

Le sourire est un bon exemple des nuances que peut exprimer un même mouvement facial. Le sourire peut aussi bien exprimer de la joie, être un sourire sociale, manifester d’autres émotions ou démontrer   la motivation. Correctement interpréter le sourire est une tâche complexe qui requière d’intégrer différents paramètres comme : le mouvement de la bouche, la zone autour des yeux, le timing des mouvements, etc.. L’embodiment permet alors d’intégrer facilement tous ces paramètres et d’avoir une interprétation plus juste. Pour étudier à quel point cette imitation est importantes pour la compréhension des attitudes non verbales, les auteurs ont demandé à des sujets de regarder plusieurs vidéos comportant soit des vrais sourires soit des faux sourires (Le sourire & ses multiples formes).

 

Les participants étaient divisés en trois groupes. Les participants du premier groupe “Libre” n’avaient pas d’entrave à l’imitation. Dans le second groupe “Bloqué” les participants devaient porter un protège-dents qui dénature l’imitation du sourire. Le troisième groupe correspondait au groupe contrôle de l’expérience. Les soixante six participants devaient évaluer si chaque sourire étaient sincères ou non.

 

 

Les résultats ont montré que les participants du groupe “Bloqué” portants le protège-dents discriminaient significativement moins bien les vrais des faux sourire que les autres participants. Ainsi altérer l’imitation involontaire du sourire altère également la capacité à distinguer les vrais des faux sourires.

 

Cette étude met à jour un mécanisme supposé de la discrimination des vrais et des faux sourires. Inhiber, brouiller l’imitation d’un mouvement facial baisse l’interprétation correcte du mouvement qui est observé. L’embodiment joue alors un rôle fondamental aussi bien dans le ressenti que dans la reconnaissances des processus émotionnels.

À propos Hugues Delmas

Docteur en psychologie. Auteur du livre "Le Mensonge : Psychologie, applications et outils de détection".

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*