Accueil / Corps / Serrer les poings améliore la mémoire

Serrer les poings améliore la mémoire

La communication non-verbale a plusieurs fonctions expressives : émotionnelle, culturelle… Est-il possible par son comportement non-verbal d’améliorer la mémorisation d’informations ? Aussi étrange que cela puisse paraître oui c’est possible en voici l’explication :
Pour comprendre la manière dont cela est possible il faut faire un petit détour en neuropsychologie pour comprendre le fonctionnement de la mémoire. Le modèle HERA – « Hemispheric Encoding/Retrieval Asymetry » – met en avant que les régions préfrontales de l’hémisphère gauche sont associées à l’encodage des données et que les régions préfrontales droites avec la récupération des données stockées en mémoire épisodique (souvenir des évènements vécus par l’individu). Autrement dit une partie de notre cerveau gauche est davantage associée à l’encodage des données alors que la partie droite est davantage dédiée à la restitution de ces données. De plus l’augmentation de l’activité d’un hémisphère augmente également l’activité de ce processus de mémorisation.
Toujours d’un point de vue neurologique, l’aire motrice du cerveau qui permet de serrer les poings est proche de l’aire impliquée dans la mémoire épisodique. Le fait de serrer le poing augmente l’activité dans le l’hémisphère opposée (lobe frontal). Ainsi les auteurs ont posé l’hypothèse que serrer le poing droit (activé par l’hémisphère gauche) améliore l’encodage des données. Au contraire serrer le poing gauche (activation de l’hémisphère droit) facilite la restitution des données stockées en mémoire.
L’expérience réalisée était la suivante : une liste de mots était présentée au sujet qui devait l’apprendre puis la restituer. Les sujets devaient serrer le poing gauche ou le droit aussi fort que possible pendant 90 secondes soit avant l’apprentissage soit avant la restitution de la liste de mot. Les expérimentateurs relevaient ensuite le nombres de mots correctement rappelés par les sujets.

« Fermer le poing droit juste avant de recevoir une information et serrer ensuite la main gauche avant de vous la remémorer serait très utile pour améliorer sa mémoire » Ruth Propper.

Les résultats finaux supportent le modèle HERA de la mémoire épisodique. En effet, les sujets qui ont serré le poing droit lors de l’apprentissage de la liste de mot et serrer le poing gauche lors de la restitution ont rappelé de manière significative davantage de mots que les autres sujets. Les autres personnes réalisées soit l’inverse (serrer le poings gauche puis le droit) ou ne serrer pas du tout les poings. La conclusion de cette étude montre que le simple fait de serrer le poings droit lors de l’apprentissage d’une information et le poings gauche lors de sa restitution contribue à améliorer la mémoire.
Publié par Hugues Delmas
Référence :
  • Propper RE, McGraw SE, Brunye´ TT, Weiss M (2013) Getting a Grip on Memory: Unilateral Hand Clenching Alters Episodic Recall. PLoS ONE 8(4): e62474
  • Photo : fotolia – © Robert Kneschke

Suivez-nous :

À propos Hugues Delmas

Docteur en psychologie. Auteur du livre "Le Mensonge : Psychologie, applications et outils de détection".

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*