Accueil / Benjamin E / Les indices non-verbaux lors des combats UFC

Les indices non-verbaux lors des combats UFC

Les combats d’Ultimate Fighting Championships (UFC) sont les héritiers des combats libres (free fight). Très médiatisés outre-atlantique ces combats sont d’une extrême violence et sont fortement prisés par les parieurs. Est-il possible d’identifier, juste avant l’affrontement, quel combattant va gagner le match grâce aux indices non-verbaux ? C’est précisément cette question à laquelle des chercheurs en psychologie ont répondu.
Le sourire et la peur peuvent sembler, au premier abord antinomiques tant le sourire est communément associé à des émotions dont la valence est positive. Cependant certaines études ont démontré que l’expression faciale émotionnelle de la joie peut en fait être exprimée en présence d’une émotion désagréable.
Les psychologues Michael Kraus et Teh-Way David ont étudié 152 photographies de combattants UFC (Ultimate Fighting Championships) sur lesquelles l’on voyait les deux compétiteurs d’un même combat, côte à côte avant leur prestation. Les combats UFC sont des combats violents régis par quelques règles, dont l’issu du match peut notamment arriver par KO.
Combattants UFC juste avant un combat ; www.ufc.com
Les auteurs ont codé l’intensité des expressions faciales émotionnelles des zones de la bouche, des yeux des combattants et particulièrement les sourires. Ce qui correspond avec le Facial Action Coding System, système de codage des expressions faciales, à l’élévation des commissures labiales (AU12) et le resserrement de l’orbiculaire de l’oeil (AU6). Par exemple, sur la photo ci-dessus nous observons un léger sourire sur le visage du combattant de droite : commissure de la lèvre remontant légèrement et pommette légèrement gonflée ; tandis que celui de gauche reste impassible.La plupart des sourires observés étaient des faux sourires, qui impliquent seulement le mouvement de la bouche (le sourire et ses multiples formes). Les sourires relevés ont été mis en relation avec l’issue de chaque combat, c’est-à-dire qui était le gagnant et qui était le perdant. Les chercheurs ont découvert que les compétiteurs les plus souriants avant le combat étaient de manière majoritaire les perdants. En effet, plus l’intensité du sourire observé sur le visage du combattant était fort plus celui-ci était à même de perdre le combat.

Ces résultats, corroborés par d’autres études sur le rôle du sourire dans les situations dites « stressantes », Michael Kraus et Teh-Way David ont conclu que ce sourire feint, pourrait-être un signe de faiblesse. En effet, dans le contexte de cette compétition, il serait perçu par l’adversaire comme « un signe de soumission et de manque d’agressivité ».

“Le sourire peut-être un signe de soumission et de manque d’agressivité” (Kraus, & Chen)

Même combattant UFC
Les chercheurs avaient d’ailleurs montré une photo neutre et une photo souriante de chacun des perdants à un échantillon de 178 personnes. Les personnes estimèrent pour la plupart la photographie « souriante » comme la moins agressive. Ainsi le sourire serait également pour celui qui sourit, un moyen de masquer sa peur, suite à l’auto-évaluation de ses propres capacités à vaincre son adversaire, comme étant faibles. Ces résultats rappellent une précaution à prendre dans l’observation et l’analyse du comportement non verbal humain : garder à l’esprit la distinction entre les manifestations non conscientes et involontaires, et les expressions issues d’une volonté consciente de communiquer un état d’esprit ou un vécu émotionnel, plutôt qu’un autre. Les réactions non-verbales sont la conséquence de plusieurs facteurs relevant du contexte, des émotions générées par ce contexte, et de la volonté de communiquer ou pas. En conclusion, plus un combattant souriait lorsqu’il était en face-à-face avec son adversaire juste avant le combat, plus il était à même de perdre son combat. Quoiqu’il en soit, observateur il est grand temps de devenir parieur !
Publié par Benjamin E
Suivez nous :
  
Références :
  • Kraus, M. W., Chen, T. D. (in press). « A winning smile? Smile intensity, physical dominance, and fighter performance, Emotion » ;
  • Ekman, P., & Friesen, W. V. (1982). « Felt, false and miserable smiles ». Journal of Nonverbal;
  • Crédit photo : © darkkong – Fotolia.com -.

À propos Benjamin Elissalde

Rédacteur, spécialisé dans l'étude du comportement non verbal, la psychologie du mensonge et les entrevues d'enquête.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*