Accueil / Hugues Delmas / Questions à David Matsumoto – Partie 2

Questions à David Matsumoto – Partie 2

David Matsumoto est expert en communication non verbale, il s’intéresse plus particulièrement aux différences interculturelles des expressions faciales émotionnelles et à la détection du mensonge. Chaque année, sur son site humintell, il répond aux questions que lui posent les internautes. Retrouvez dans cet article la traduction d’une partie des questions et des réponses posées à David Matsumoto. 

Retrouvez ci dessous la partie 2 des questions posées à David Matsumoto sur son site :
Question 1, (Michèle) : J’aimerais en apprendre davantage à propos des émotions dites non-basiques, comme : la honte, la culpabilité et le doute. J’ai vue une vidéo dans laquelle Paul Ekman identifiait un mensonge par une micro-expression de doute. Même s’il n’y a pas de travaux sur ce sujet, je pense que plusieurs d’entre nous voudraient savoir ce qui est actuellement disponible sur ces émotions. Je pense aussi qu’il serait intéressant que vous fassiez un web-séminaire sur la détection du mensonge.

David Matsumoto : Les émotions dont vous parlez comme la honte, la culpabilité et le doute appartiennent à une classification différente que les émotions basiques (comme la colère, la peur, la tristesse, la joie, la surprise, le mépris et le dégoût). Elles ont classées dans les émotions avec conscience de soi. Une caractéristique de ces émotions est qu’elles requièrent certains composants de la conscience de soi. Des recherches ont été menées sur ces émotions, mais il n’y en a pas autant que celles réalisées sur les émotions basiques. Je vous suggère, si vous voulez apprendre à propos de ces émotions de honte, de culpabilité, de lire Freud et un auteur plus contemporain, June Tanglney. Je vous recommande aussi le travail fait par des chercheurs comme Keltner à l’UC Berkeley et Tracy à l’université de Columbia, et de jeter un œil à mon site web personnel www.davidmatsumoto.com pour prendre connaissances des recherches effectuées dans ce domaine.

Question 2, (JYP) : Pensez-vous que l’hémisphéricité cérébrale affecte de quelque manière que ce soit le langage du corps ? Est-ce qu’une personne parlant à propos d’un sujet privée utilisera davantage la partie gauche de son corps et une personne parlant de quelque chose d’extérieur utilisera davantage la partie droite ?

David Matsumoto : Je ne suis pas un expert sur l’hémisphéricité cérébrale. Cependant, je pense que la dichotomie cerveau droit, cerveau gauche est artificielle et non réelle. D’après ce que j’ai compris, les processus d’informations traverses les deux hémisphères et cela très rapidement. Il ne fait donc pas de sens qu’une partie du cerveau contrôlerait le langage du corps. De plus, selon mes connaissances, peu de recherches, voir aucune recherche, ont montré qu’il existait des comportements expressifs associés à la spécialisation hémisphérique.

Question 3, (Sherry Derksen Nicklaus) : Est-ce que les médicaments comme les Beta Bloqueurs (ou autres), intentionnellement pris dans le but de mentir, altèrent la manière dont vous êtes capable de lire les expressions faciales de cette personne.

David Matsumoto : Je ne suis pas aussi un expert en psychopharmacologie. D’après mon expérience personnelle je crois qu’il n’y a pas de recherches qui examinent cette question. Etant donné cela, je pense que les médicaments comme les Beta bloqueur ne font pas de différence dans la lecture des autres personnes. Bien qu’il y a certainement une grande différence dans comment ces expressions doivent être interprétées.

Question 4, (Andrew) : Comment se déroule votre recherche sur les emblèmes culturels ? Qu’avez vous trouvé et y a-t-il des données préliminaires que vous pourriez partager ?

David Matsumoto : La recherche avance bien. Nous avons plusieurs nouveaux résultats et même certains inattendus. Mais nous ne sommes pas encore en mesure de parler de ces résultats, nous espérons les partager dans les 6 prochains mois.

Question 5, (WC) : Quel est la manière la plus rapide d’établir une Baseline avec quelqu’un que l’on vient de rencontrer ?

David Matsumoto : La plus simple réponse au comment de cette question est de regarder et d’écouter cette personne. Il est difficile de davantage répondre à cette question sans connaitre le contexte de la situation.

Question 6, (Steven) : Avec certaines des formations que j’ai prises, j’ai noté que si je ne pratiquais pas en faisant de l’observation, mes compétences diminuaient avec le temps. Qu’est ce que vous me recommanderiez comme manière de garde mes observations et mes compétences efficientes, par exemple comme type d’entrainement, etc.

David Matsumoto : Mon conseil est que vous devez continuer à vous entrainer mais que vous ne devez pas mal vous entrainer. C’est important que vous vérifiez ce que vous pratiqué avec le bon matériel et de la bonne manière. Faites votre recherche d’article à partir de sources réputées pour vérifier plusieurs fois de la bonne manière.

Question 7, (Thomas) : Comment est-ce qu’un traumatisme crânien peut-il affecter l’habilité d’un patient à lire les expressions faciales de son épouse et de ses enfants aussi bien que les expressions faciales des étrangers ? Est-ce que vos modules d’entrainements seraient appropriés pour être utilisés avec ses patients ?

David Matsumoto : L’effet d’un traumatisme crânien sur l’habilité d’un patient à lire les expressions faciales des personnes devrait bien sûr dépendre du type de traumatisme et de la localisation de la blessure, aussi bien que de sa sévérité. Il est possible que nos programmes entrainement soient appropriés pour ces patients. Bien qu’il est dur d’en dire davantage sans en connaitre plus à propos de la situation.

Question 8, (Aimee) : Bonjour, en un jour j’ai fini tous les tests qui sont disponibles sur votre site. Ils sont tous trop faciles pour moi. J’ai obtenu 100% ou proche de 100% à chaque fois. Augmenter la vitesse ne fait pas diminuer mon pourcentage de réussite. Je cherche quelque chose de plus challengeant pour augmenter mes compétences. Qu’est-ce que vous suggérez ?

David Matsumoto : Je suggèrerais de regarder des vidéos et les personnes autour de vous. Détecter les comportements spontanés est toujours plus difficile.

Publié par Hugues Delmas

À propos Hugues Delmas

Docteur en psychologie. Auteur du livre "Le Mensonge : Psychologie, applications et outils de détection".

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*