Accueil / Dossiers / Détection du mensonge / La méthode Reid

La méthode Reid

La méthode Reid est une méthode d’audition et de confession criminelle créée par John Reid et Fred Inbau. Diplômés en droit, ils travaillaient dans le département de police scientifique de Chicago. En 1962, ils cosignent “interrogation and criminal confession”, livre qui fonde les bases de la méthode Reid.
Cette méthode distingue deux phases dans le processus d’interrogation. La première partie de l’audition est non accusatoire, ayant pour but de récolter et de rassembler de l’information. A ce niveau là, la culpabilité du suspect n’est pas sûr et l’entrevue peut être menée dans divers environnements. Différents types de questions sont posées, dont des questions dites à réaction comportementale qui devront permettre de faire la différence entre coupable et innocent. Pour la détection du mensonge, l’interrogateur va se baser sur un ensemble d’indicateurs de la communication non verbale. Si la culpabilité du suspect est raisonnablement certaine alors l’interrogateur peut décider de passer à la deuxième phase de l’audition.
La deuxième partie de l’audition est accusatrice et l’environnement, où elle se déroule, doit être contrôlé. Cette partie de l’audition s’organise en 9 étapes, et a pour but de découvrir la vérité, c’est à dire d’amener les coupables à la confession. Les 9 étapes de la méthode Reid sont:
1: La confrontation directe: Faire comprendre au suspect que les preuves détenues mènent sans aucun doute à lui, et que le but de l’audition n’est donc pas de savoir s’il a commis l’offense mais de connaitre ses motivations.
2: Le développement du thème: Le développement du thème va offrir des excuses morales au suspect dans le but de minimiser la culpabilité du suspect. Ici le but est d’obtenir un premier acquiescent du suspect. Les thèmes doivent changer au cours de l’audition pour trouver celui qui correspond au suspect.
3: Traiter les démentis: Les démentis interviennent suite à l’accusation et à l’énonciation du thème. Le but est de décourager le suspect du dénis de sa culpabilité. Les coupables passeront à une autre stratégie alors que les innocents resteront à cette étape.
4: Surmonter les objections: Suite à l’échec de leur démentis les trompeurs vont utiliser les objections comme stratégie offensive. Les trompeurs veulent alors entrer dans un argumentation pour écarter l’interrogateur du thème de l’audition. L’interrogateur devra alors encourager les objections tout en continuant le développement du thème.
5: Recapter l’attention du suspect: En voyant que ses efforts n’ont pas d’effet sur l’interrogateur, le suspect peut entrer dans un mutisme et se détacher de l’audition. L’interrogateur doit recapter et maintenir l’attention du suspect.
6: Traiter l’humeur passive: Le suspect est passif, ne réagit plus, et devient résigner. Le suspect pèse ici le pour et le contre, entre s’il doit ou non dire la vérité.
7: Question alternative: Suite à l’humeur passive, l’interrogateur expose des propositions sur certains aspects du crime.
8: Avoir des détails de l’offense: Lorsque le suspect admet l’une des propositions de l’étape 7, cela doit être considéré comme une première admission de culpabilité qui doit être développée en une véritable confession.
9: Déposition: Faire signer une déposition écrite de la confession faite pendant l’audition.

La méthode Reid est une des techniques d’interrogatoire les plus utilisée au monde. Mais dans plusieurs pays, comme la France, cette technique n’est pas compatible avec la législation en vigueur. Par exemple, en France la présomption d’innocence ne permet pas une application stricte de cette méthode qui est en partie accusatrice.

À propos Hugues Delmas

Docteur en psychologie. Auteur du livre "Le Mensonge : Psychologie, applications et outils de détection".

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*