lundi 25 janvier 2010

Des expressions faciales émotionnelles innées

Dans la continuité des travaux d'Ekman, David Matsumoto mena une étude au cours de laquelle il compara les expressions faciales d'athlètes voyants et non-voyants (aveugles de naissance) participant aux jeux olympiques et paralympiques de 2004.
Il observa que les non-voyants présentaient les mêmes expressions faciales que les athlètes voyants. Et ce dans des contextes similaires, c'est-à-dire que les stimuli émotionnels (par exemple gagner ou perdre le combat) provoquaient les mêmes expressions faciales chez les deux catégories d’athlètes.

lundi 18 janvier 2010

Le haussement de sourcils comme salutation


A partir d'observations, Eilb Eibesfeld a montré que le haussement des deux sourcils est une forme de salutation universelle. Lorsque deux personnes, qui s'apprécient, se retrouvent il y a un déclic des sourcils. C'est à dire un rapide haussement des deux sourcils.

Ce haussement des deux sourcils accompagné d'un sourire et d'un léger hochement de tête, constitue un patron invariant de la salutation à travers les différentes cultures. Autour de ce patron se brode de multiples façons de se saluer qui varient en fonction de la culture et du groupe social d'appartenance.

lundi 11 janvier 2010

Préjugés raciaux


Le préjugé est une évaluation d'autrui précédant l'expérience. C'est une attitude, un jugement (positif ou négatif) qui devient alors une évidence.

Il s'exprime aussi bien de manière verbal que par le non verbal. C'est l'objet de l'article suivant ; qui explique comment les comportements non verbaux peuvent engendrer des préjugés envers une personne ou un groupe social :

Cerveau et psycho - Un racisme subtil à la télé
communication non verbale communication non verbale communication non verbale communication non verbale

lundi 4 janvier 2010

Influence de la langue 1


Un psychologue social, Rosenberg a étudié l'estime de soi de personnes bilingues en fonction de la langue parlée.
Dans un premier temps il mesura l'estime de soi d'Américains et de Japonais. Il observa alors que les Américains avaient une meilleur estime d'eux même que les Japonais.

Ensuite, il fit passer à des personnes bilingues (parlant anglais -japonais) un test d'estime de soi, quand ils parlaient anglais puis japonais. L'auteur constata que l'estime de soi des sujets se modifiait suivant la langue parlée. Et ce de sorte qu'elle était supérieure quand ils parlaient anglais que quand ils parlaient japonais, ce qui correspond et confirme la première observation.

Cette étude montre comment la langue parlée peut modifier des fonctions psychiques , comme l'estime de soi, sur une même personne. Processus qui peuvent, à priori, nous sembler stables dans le temps.

Nous savons que la culture influence largement le non verbal. Ainsi pourrions nous observer un phénomène similaire à propos de la communication non verbale, c'est à dire une modification des attitudes, sur la même personne, suivant la langue parlée?
communication non verbale communication non verbale communication non verbale communication non verbale communication non verbale communication non verbale