Accueil / Dans les médias / Arrêt sur image / ANALYSE : Catastrophes au Japon

ANALYSE : Catastrophes au Japon

Le Japon est actuellement en train de vivre une des plus grosse catastrophe de son histoire. Après un séisme d’une magnitude de plus de 9 sur l’échelle de Richter, les côtes du nord est du japon ont été victime d’un important tsunami, qui a littéralement ravagé les villes côtières. Ces deux catastrophes naturelles ont endommagé certaines centrales nucléaires, dont certains réacteurs ont en partie explosé, augmentant dangereusement le taux de radioactivité dans les régions environnantes. Les Japonais sont connus pour leurs capacités à cacher leur émotions et à rester impassible. Mais dans le cas de telles catastrophes, est il toujours possible de rester impassible?
Sur la précédente vidéo nous pouvons voir les paysages ravagés par le tremblement de terre et le tsunami. La femme présentée qui tente de retrouver la trace de la maison de sa mère, n’est pas très expressive malgré la situation. Néanmoins nous pouvons relever plusieurs indices, dans sa communication non verbale, d’émotions négatives: comme les clignements de paupières.
A partir du moment où la femme tourne la tête pour parler à la journaliste jusqu’à la fin de la vidéo, il y a 10 clignements en 7 secondes. Soit 85 clignements en 1 minute, alors que la moyenne des clignements de paupière est de 12 à 20 clignements par minute. Une augmentation de la fréquence des clignements peut être reliée à la présence d’une émotion, et cela peut être une hypothèse dans cette vidéo. Les autres raisons pourraient être des clignements réflexe à cause du vent. Vous pouvez observer les nombreux clignements de paupières dans la vidéo suivante:

Sur le visage de cette Japonaise sinistrée, nous pouvons également remarquer de grosses tensions dans la bouche. Ces tensions dirigées vers la bas peuvent être associées à la présence d’émotions négatives. La contraction de la bouche est davantage présente à la fin de la vidéo et en particuliers sur le côté gauche de la bouche. Pour compléter l’observation des expressions faciales il faudrait s’intéresser aux sourcils, mais cette observation reste relativement difficile à cause de la frange.

Un peu plus tard dans la vidéo, une femme retrouve son enfant alors qu’elle le pensait sans doute perdu. Elle fond en larme: les sourcils fortement contractés et la bouche très tendue. La présence de ces items liés aux émotions négatives suggèrent que l’angoisse, la peur ont pris le dessus sur le soulagement des retrouvailles. A la vue des items non verbaux et du contexte nous pouvons supposer que les instants de séparation et de doute ont été très dure.
Les différences culturelles, entre les peuples, dans les expressions émotionnelles peuvent être présentes lorsque les émotions ne sont pas très intenses mais, dès que les émotions deviennent trop forte les barrières culturelles semblent tombent.
Références:
  • www.bfmtv.com

À propos Hugues Delmas

Docteur en psychologie. Auteur du livre "Le Mensonge : Psychologie, applications et outils de détection".

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*