Accueil / Dossiers / La pupille : entre émotion et cognition

La pupille : entre émotion et cognition

A partir de plusieurs études de cas, où des troubles neurologiques coupaient l’émotion du raisonnement, Antonio Damasio a pu démontrer leur étroite relation. Ces études de cas ont montré que l’absence d’émotion altère gravement la prise de décision, entraînant de multiples conséquences sur les conduites sociales des sujets. Ainsi “être rationnel, ce n’est pas se couper de ses émotions”.
communication non verbale communication non verbale
Dans l’article précèdent (la taille de la pupille) nous avons vu que sous le coup des émotions les pupilles se dilatent. Des chercheurs ont également observé que la dilatation des pupilles était corrélée à 0.85 avec la difficulté d’une tâche à réaliser. C’est-à-dire que plus la tâche à réaliser est compliquée (demandant plus d’effort cognitif) plus la pupille se dilate.
communication non verbale communication non verbale
Nous pouvons donc dire que, d’un point de vue non-verbal, la dilatation des pupilles illustre parfaitement cette relation entre émotion et cognition étant donné qu’elles réagissent aussi bien aux fortes émotions qu’aux tâches difficiles que l’on tente de résoudre.
Références :
  • Damasio. (2006 ). L’erreur de descartes. Odile Jacob.
  • Barrier. (2008). La communication non verbale. esf éditeur.

À propos Hugues Delmas

Docteur en psychologie, il dirige d'ADN Research, la filiale scientifique d’ADN Group.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*