Accueil / Dossiers / Schizophrénie : micro expression une aide contre la désocialisation
Schizophrénie : micro expression une aide contre la désocialisation

Schizophrénie : micro expression une aide contre la désocialisation

La schizophrénie peut entraîner une désocialisation des personnes qui en sont atteintes.

Des déficits dans la reconnaissance des émotions notamment au niveau du visage est aussi une caractéristique de la schizophrénie. Les personnes atteintes de schizophrénie sont plus lentes dans la lecture des indices visuels et sont sujets à des erreurs d’identification des émotions. Cette mauvaise reconnaissance des émotions peut être due à un problème dans la collecte des différents éléments émotionnels. Améliorer cette identification des émotions peut être une piste d’action possible pour améliorer la socialisation des personnes schizophrènes.

Dans la relation médecin patient la reconnaissance des émotions subtiles est importante dans la prise en charge. Bien qu’il existe un lien entre la reconnaissance des affects et les fonctions sociales peu d’études ont proposés des méthodes pour remédier aux difficultés de reconnaissances des émotions.

Schizophrénie et désociabilisation

Les auteurs ont étudié des participants schizophrènes et des participants de contrôle confrontés à des tâches de reconnaissance des sept émotions de bases : joie, peur, colère, dégoût, surprise, mépris et peur. Les participants ont été soumis a un test de micro expression (METT). Une micro expression est une expression faciale très brève qui dure moins de 1/2 seconde. Un test d’identification des émotions à partir de photographies d’expression faciale émotionnelle (EMT). L’expérience se déroulait en plusieurs phases : un pré test, un entrainement et un post test.

Dans les pré tests les participants schizophrènes ont obtenu des scores inférieurs aux participants de contrôle aussi bien au niveau des photographies émotionnelles que des micro expressions. Les deux populations se sont nettement améliorées dans la détection des émotions. Plus précisément après entraînement le score des patients schizophènes est similaire à celui des participants de contrôle au pré test. Les personnes schizophrènes atteignaient un niveau comparable aux personnes de contrôle avant entraînement.

En conséquence, les difficultés de reconnaissance des émotions peuvent être améliorée, en tout cas à court terme, chez des patients schizophrènes médiqués au travers d’une cession d’entrainement des expressions faciales émotionnelles.

Ce type d’invention peut être utilisée pour améliorer la reconnaissance des émotions en complément d’un traitement et d’une prise en charge globale des personnes. Bien entendu d’autres études doivent être menées pour confirmer l’efficacité de cette démarche. Nous savons que chez des personnes de la population toute venante les améliorations de ces entraînements émotionnels est pérenne sur le long terme (Matsumoto, & Hwang, 2011). Est-ce également le cas chez des personnes atteintes de schizophrénie ?

Référence : Russel, Chu, & Phillips. (2006). A plot study to investigate the effectiveness of emotion recognition remediation in schizophrenia using the micro-expression training tool. British journal of clinical psychology. 45, 579-583.

De Hugues Delmas

Fondateur et rédacteur en chef

Leave a Reply

Votre adresse éléctronique ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Scroll To Top