Accueil / Dossiers / Détection du mensonge / Micro expressions, des indices de mensonge ?

Micro expressions, des indices de mensonge ?

micro expression mensonge

Le visage est une trame sur laquelle les personnes communiquent leurs états émotionnels et depuis laquelle les personnes infèrent les états émotionnels de leurs interlocuteurs. Les individus regardent rapidement le visage de leur interlocuteur pour évaluer leurs émotions, leurs intentions et pour inférer des traits de personnalités. Elles jouent un rôle essentiel dans la communication non verbale.

Il arrive aussi souvent que les expressions faciales soient plus difficiles à interpréter que la normale. Les relations humaines et le mensonge viennent brouiller les expressions émotionnelles. Les émotions sont alors inhibées ou masquées dans le but de tromper son interlocuteur. Ce qui marche plutôt bien, car les personnes sont de piètres détecteurs de mensonge. En effet, notre performance n’est pas meilleure que la chance (50%) pour juger si une personne ment ou dit la vérité.

Fuites émotionnelles du mensonge

Dans le cadre de ses recherches basées sur les hypothèses de Charles Darwin, Paul Ekman évoque l’idée suivante : lorsqu’une expression faciale émotionnelle est cachée, la vraie émotion peut tout de même se manifester au travers d’une micro expression. Une micro expression faciale est une expression faciale très courte durant moins de 1/2 seconde.

Ekman et O’Sullivan (1997) montrèrent que l’habilité des personnes à correctement détecter les micro expressions était positivement reliée à leur capacité de détection du mensonge. Plus les personnes détectent correctement les micro expressions mieux les personnes détectaient le mensonge. En revanche, ce que cette expérience ne montre pas c’est s’il y a davantage de micro expressions chez les menteurs que chez des personnes véridiques. Dans le cadre d’un mensonge émotionnel y-a-t-il réellement plus de micro expressions ?

Dans une étude menée par Porter et Brinke (2008), les participants regardaient différentes photographies induisant plusieurs types d’émotions. En regardant les photographies les participants devaient toujours produire une expression convaincante de joie et cela quelles que soient les émotions suscitées par les photos présentées. Dans cette situation, différents types d’expressions de mensonge apparaissent : simuler une expression (créer volontairement une expression), masquer une expression (créer volontairement une expression pour en cacher une autre) et neutraliser une expression (inhiber totalement l’expression, « poker face »).

Les résultats n’ont montré aucune différences concernant les micro expressions. Il y en avait autant lors du mensonge que lors de la vérité ! En revanche des résultats intéressants sont apparus concernant les expressions faciales inconsistantes (deux émotions contradictoires apparaissant en même temps sur le visage). Elles apparaissaient davantage dans les émotions masquées que dans les expressions véritables (pas de différences entre les expressions véritables et les expressions neutralisées). Ainsi les participants réussissaient bien à neutraliser et à dissimuler leurs émotions. Il semble que simuler une émotion pour en cacher une autre est une tâche bien plus complexe, augmentant ainsi le nombre de fuites émotionnelles via les expressions inconsistantes.

Les micro expressions faciales ne se sont pas révélées être des indicateurs pertinents pour déceler le mensonge, contrairement à ce que pouvons penser. Il est par ailleurs intéressant de remarquer que tous les participants ont au moins montré une expression faciale émotionnelle inconsistante lors de mensonge émotionnel. Cela suggère que les fuites émotionnelles, comme les expressions inconsistantes, dans le visage sont omniprésentes et sont inexorables au comportement humain.

Référence : Porter, & Brinke. (2008). Reading between the lies: identifying concealed and falsified emotions in universal facial expression. Psychological science. Vol 19, n5.

À propos Hugues Delmas

Docteur en psychologie, il dirige d'ADN Research (département de recherche d'ADN Group). Il anime également le site dédié à la détection du mensonge : www.vousmentez.com.

Laisser une réponse