Accueil / Benjamin E / Théorie des « faux non » en synergologie

Théorie des « faux non » en synergologie

synergologieL’étude du comportement non-verbal suscite un intérêt hors norme, au point d’inonder les livres et les sites internet de postulats plus ou moins avérés. Ainsi de nombreuses croyances subsistes comme les  chiffres de Mehrabian ou l’interprétation de la direction du regard en PNL. Une autre croyance est véhiculée par la synergologie © au travers nottament du livre « Voir mentir » de C.Gagnon et C.Martineau : La théorie des « faux non ».

La théorie des « faux non » en synergologie

Cette théorie affirme que faire « non » de la tête avec un départ vers la droite, celui-ci serait dans la majeure partie des cas mensonger (« je pense oui mais je fais non ») et à l’inverse s’il est effectué vers la gauche il serait authentique (« je pense non et je fais non »). Concrètement lorsque vous faites non de la tête et que votre tête part à droite (montrant la joue gauche) alors c’est un « faux non ». En revanche si la tête part à gauche montrant la joue droite alors c’est un « vrai non ».

Pour cela une étude réalisée sur quarante sujets en situation de mensonge ont été soumis à un entretien de treize questions dont trois généraient une réponse négative mensongère. Les sujets étaient filmés de face permettant de coder les mouvements de la tête (au moyen du Facial Action Coding System). Trois types de mouvements sont possibles : départ de la tête vers la droite (AU52), départ de tête vers la gauche AU51) et aucun mouvement (AU0).

Les résultats des données démontraient que les mouvements de tête pour faire non en cas de mensonge (donc un « faux non ») étaient totalement aléatoires, relevant donc du hasard. D’autres variables mesurées et susceptibles d’influencer le mouvement de tête étaient également analysées sans aucun résultat (sexe, valence émotionnelle ressentie). L’étude réalisée permettait donc d’infirmer la théorie du « faux non » proposée par la synergologie ©.

Par contre les résultats montrent que la position de la tête avant de faire « non » avait un impact sur la manière de faire « non ». Chez les femmes, la position de leur tête était typiquement celle-ci : tête droite sur le plan sagittal, présentant le côté gauche du visage sur le plan rotatif et penchée vers l’épaule droite. Pour les hommes : position neutre sur les trois axes. Lors de la réalisation du non accompagné d’un mouvement de la tête, le pattern axial « féminin » était associé de façon significative à un mouvement de la tête vers la droite.

Quelques études peuvent éclairer ces résultats. Les femmes sont plus enclines que les hommes à pencher la tête sur le côté en situation de mensonge (Hall, 1984) et ont tendance à vouloir s’éloigner et se mettre à distance de l’enquêteur par un mouvement rotatif de la tête (Friensen cité par W.C Donaghy, 1994). Le pattern axial exprimé par les hommes pourrait quant à lui être l’expression d’une forme de contrôle pour tenter de ne communiquer aucun renseignement à l’interrogateur et supprimer tout signal de fuite (O’Hair et al. , 1981).

Ainsi, nous nous apercevons que le mouvement de négation de la tête doit être considéré en relation avec d’autres paramètres corporels, étant tous à prendre en compte dans le contexte où ils apparaissent. La théorie des « faux non » de la synergologie n’a pas pu être confirmée par cette étude. L’étude de la détection du mensonge s’avère être un champ d’étude encore bien vaste qu’il convient d’explorer avec prudence.

Référence : Delmas, H., Elissalde, B., Denault, V., Rochat, N., Demarchi, S., Tijus, C., & Urdapilleta, I. (octobre 2015). Une nouvelle croyance sur le mensonge: la théorie des « faux non » en synergologie, CLI 2015, Saint Denis, France.

À propos Benjamin Elissalde

Rédacteur, spécialisé dans l'étude du comportement non verbal, la psychologie du mensonge et les entrevues d'enquête.

Laisser une réponse