Accueil / Benjamin E / Théorie des « faux non » en synergologie

Théorie des « faux non » en synergologie

synergologieL’étude du comportement non-verbal suscite un intérêt hors norme, au point d’inonder les livres et les sites internet de postulats plus ou moins avérés. Ainsi de nombreuses croyances subsistes comme les  chiffres de Mehrabian ou l’interprétation de la direction du regard en PNL. Une autre croyance est véhiculée par la synergologie © au travers nottament du livre « Voir mentir » de C.Gagnon et C.Martineau : La théorie des « faux non ».

La théorie des « faux non » en synergologie

Cette théorie affirme que faire « non » de la tête avec un départ vers la droite, celui-ci serait dans la majeure partie des cas mensonger (« je pense oui mais je fais non ») et à l’inverse s’il est effectué vers la gauche il serait authentique (« je pense non et je fais non »). Concrètement lorsque vous faites non de la tête et que votre tête part à droite (montrant la joue gauche) alors c’est un « faux non ». En revanche si la tête part à gauche montrant la joue droite alors c’est un « vrai non ».

Pour cela une étude réalisée sur quarante sujets en situation de mensonge ont été soumis à un entretien de treize questions dont trois généraient une réponse négative mensongère. Les sujets étaient filmés de face permettant de coder les mouvements de la tête (au moyen du Facial Action Coding System). Trois types de mouvements sont possibles : départ de la tête vers la droite (AU52), départ de tête vers la gauche AU51) et aucun mouvement (AU0).

Les résultats des données démontraient que les mouvements de tête pour faire non en cas de mensonge (donc un « faux non ») étaient totalement aléatoires, relevant donc du hasard. D’autres variables mesurées et susceptibles d’influencer le mouvement de tête étaient également analysées sans aucun résultat (sexe, valence émotionnelle ressentie). L’étude réalisée permettait donc d’infirmer la théorie du « faux non » proposée par la synergologie ©.

Par contre les résultats montrent que la position de la tête avant de faire « non » avait un impact sur la manière de faire « non ». Chez les femmes, la position de leur tête était typiquement celle-ci : tête droite sur le plan sagittal, présentant le côté gauche du visage sur le plan rotatif et penchée vers l’épaule droite. Pour les hommes : position neutre sur les trois axes. Lors de la réalisation du non accompagné d’un mouvement de la tête, le pattern axial « féminin » était associé de façon significative à un mouvement de la tête vers la droite.

Quelques études peuvent éclairer ces résultats. Les femmes sont plus enclines que les hommes à pencher la tête sur le côté en situation de mensonge (Hall, 1984) et ont tendance à vouloir s’éloigner et se mettre à distance de l’enquêteur par un mouvement rotatif de la tête (Friensen cité par W.C Donaghy, 1994). Le pattern axial exprimé par les hommes pourrait quant à lui être l’expression d’une forme de contrôle pour tenter de ne communiquer aucun renseignement à l’interrogateur et supprimer tout signal de fuite (O’Hair et al. , 1981).

Ainsi, nous nous apercevons que le mouvement de négation de la tête doit-être considéré en relation avec d’autres paramètres corporels, étant tous à prendre en compte dans le contexte où ils apparaissent. La théorie des « faux non » de la synergologie n’a pas pu être confirmée par cette étude. L’étude de la détection du mensonge s’avère être un champ d’étude encore bien vaste qu’il convient d’explorer avec prudence.

Référence : Delmas, H., Elissalde, B., Denault, V., Rochat, N., Demarchi, S., Tijus, C., & Urdapilleta, I. (octobre 2015). Une nouvelle croyance sur le mensonge: la théorie des « faux non » en synergologie, CLI 2015, Saint Denis, France.

De Benjamin Elissalde

Rédacteur, spécialisé dans l'étude du comportement non verbal, la psychologie du mensonge et les entrevues d'enquête.

10 Commentaires

  1. Plus j’entends parler de la synergologie et plus j’ai l’impression que ces gens nous racontent des salades…

    Ca paraissait trop beau de pouvoir décoder quelqu’un uniquement avec une sorte de dictionnaire des émotions non verbales…

    • Bonjour Sepal,

      Merci de nous suivre et de votre commentaire,

      Birdwhistell a tenté dans les années 60 de d’établir un dictionnaire des gestes mais s’est très vite rendu compte que c’était hasardeux et probablement peu pertinent. Il est cependant important de pouvoir décrire les gestes et les expressions mais de façon objective sans y associer une théorie. Cela permet de décrire nos observations de façon factuelle. C’est ce que propose par exemple le Facial Action Coding System (FACS) ou le Body Action and Posture coding System (BAP).

      Beaucoup de disciplines voudraient tenter de percer les mystères de l’esprit humain au travers du comportement non-verbal, ce qui en soit est une démarche intéressante. Elles proposent alors des théories qui pour certaines sont pertinentes et pour d’autres totalement fantasques. Toutes les grandes découvertes, toutes les expériences partent au départ d’une observation. Cependant, la démarche scientifique expérimentale répond au schéma suivant : 1 Une observation, 2 Une interrogation, 3 Émission d’Hypothèses, 4 Expérimentation , 5 Validation ou non des Hypothèses, 6 Théorisation, 7 Diffusion des protocoles et des résultats. Le problème de beaucoup de disciplines résident dans le fait qu’elles se contentent seulement des étapes 1, 2 pour aboutir directement à l’étape 6,

      Bonne journée à vous

  2. Bonjour,

    Je m’intéresse pas mal à la synergologie et votre article est très intéressant !

    Je me demandais pourtant, par exemple lorsqu’une personne se voit poser une question totale ( donc choix de réponse oui ou non ) , et répond par « je ne sais pas » tout en faisant un « non » de signe de la tète, en vous fixant un long moment… Cela signifie t’il que la personne affirme ne pas savoir alors qu’elle sait, ou bien que la réponse à la question est « non » ?

    • Bonjour Marie,

      Merci pour l’intérêt que vous portez au site.

      Dans l’exemple que vous citez (qui est une question fermée), quatre possibilités de réponses s’offrent à la personne : « Oui », « Non », « Je ne sais pas », ou pas de réponse. Cette formulation « verbalisée » peut être accompagnée de plusieurs réactions non verbales dont le geste d’emblème « Non » effectué avec la tête.
      En effet une personne peut très bien répondre « oui » et faire « non » de la tête. Je ne hasarderai pas cependant à conclure qu’elle ment pour autant… c’est une hypothèse certes mais ce n’est pas absolu, même si elle vous fixe dans les yeux. Aucune étude (à ma connaissance) n’a démontré un lien entre le fait d’exprimer non-verbalement « non » par un mouvement de tête et le fait conjointement de dire « oui ». Certains vous expliqueront qu’il s’agit là d’une incongruence (ce qui est vrai), mais attention, l’associer à un mensonge est purement interprétatif. Ekman, parle de « lapsus non verbal »… là encore aucune étude ne vient confirmer que nous puissions avoir des fuites comportementales non-verbales… bien que l’idée me semble plausible en matière de gestes d’emblèmes (mais cela n’engage que moi). Nous pouvons effectuer un mouvement rotatif de la tête (mouvement céphalogyre) pour plusieurs raisons :
      - Exprimer la négation, le refus, le rejet, l’interdiction, l’incrédulité… (gestes d’emblème)
      - Écarter notre champs de vision d’un stimulus jugé négativement – dégout par exemple (ce mouvement s’appelle « cut off »)
      - De façon répétitive pour perturber le sens de l’équilibre dans l’oreille interne et ainsi ce couper d’une situation traumatique.

      Dans la recherche présentée dans cette article, l’objet était de vérifier un postulat « synergologique » : la théorie du faux non… nos résultats dans le cadre expérimentale ont démontré que tout aussi intéressant que pouvait être cette théorie, elle ne semble pas confirmée. En dehors du fait que nous ne fassions visiblement pas plus « non » en envoyant la tête vers la droite que vers la gauche, il semblerait que le sens de départ de ce mouvement soit guidée par la posture de la tête « pré-geste », c’est à dire que si votre tête est orientée vers la droite, il y a de forte chance pour que le mouvement « non » se fasse » vers la droite.

      Si vous souhaitez aller plus loin dans vos recherches je vous invite à lire ces articles qui traitent du sujet :
      - « La négation : son symbolisme physique » – Calbris (2005)
      - « Some uses of head shake » – Kendon (2002)
      - « Motor signs for yes and no » – Jakobson (1972)
      - « Linguistic functions of head movements in the context of speech » – McClave (1999)
      - « Le oui et le non » – Spitz (1983) (livre)

      En espérant avoir répondu à votre question,

      Amicalement

  3. Décidément, nous n’avons pas fini de lire des critiques incomplètes et dénaturées sur le web.

    La théorie des faux non qui se présente d’avantage comme un concept plus que comme une théorie est mal présentée dans votre article.
    Il ne s’agit pas de voir si la tête part du côté gauche ou droit, pour savoir si la personne ment ou si elle nous dit la vérité ! Décoder le mensonge ne se pratique pas de manière aussi aisée, et vous le démontrez bien.

    Les non « synergologiques » sont un moyen de comprendre ou se situe l’autre dans la relation. Il y a deux questions à se poser lorsque la personne en face de nous présente un côté du visage qui ne concorde pas directement avec l’information qu’elle nous livre. Mais là encore, il ne s’agit pas tellement de contrôler l’information plutôt que de définir sur quel mode relationnel elle se situe.

    Imaginons qu’on vous propose une part de gâteau après un repas copieux. Vous ne pouvez plus rien avaler, mais vous ne voulez pas refuser ce dessert par politesse. Vous dîtes non merci, votre tête devrait donc présenter le côté qui convient, pourtant vous ne le faites pas, car les critères permettant de faire un vrai non ne sont pas réunis.

    Voilà !

    • Bonjour Anonyme,
      Merci pour la qualité de votre réponse et l’intérêt que vous portez pour notre site.
      Nous avons basé la définition du « faux non » sur ce qui est écrit dans le livre de Mme Gagnon et M. Martineau. Il semble que vous ayez une expertise que nous ne possédons pas en Synergologie ; en effet le « concept » tel que vous l’abordez est bien plus précis.
      Pouvez-vous nous apportez cependant un éclairage supplémentaire sur ce fameux côté de la tête qu’il « convient » de présenter lorsqu’une personne ne veut pas de gâteau?
      Merci de votre éclairage.
      Amicalement
      Benjamin

      • Bonjour Benjamin,

        Pour votre question, je n’ai pas lu ce livre mais je pense que vous devriez relire le passage sur ce sujet. Si vous cherchez des réponses concrètes sur le sujet vous devriez envisager de venir nous rejoindre en formation. :)

        Bien cordialement,

        • Bonjour Anonyme,
          Je prends bonne note de votre proposition de vous rejoindre en formation et vous remercie pour l’invitation. Cependant je pensais que vous auriez adopté une démarche d’échange et de partage de la connaissance avec nos lecteurs qui sont passionnés par la communication non verbale et qui n’ont pas forcément les finances pour suivre une formation.

          Après lecture du passage dont nous faisons référence, je me permets de citer la page 88 du livre « Voir Mentir » de C.Gagnon et C.Martineau éd. Propulsions (2011) :

          « Si la partie gauche du visage est la première à vous faire face, le « non » peut être faux. Le côté gauche est celui qui exprime l’émotion et donc, il se peut que la personne cherche à ne pas vous blesser ou pense tout simplement « oui » pendant le mouvement, ce qui signifierait un item de mensonge »,

          Il est donc clairement dit dans ce livre qu’un « faux non » est un « item » de mensonge. Cet ouvrage précise donc qu’un indicateur (le « faux non ») peut être directement associé au mensonge,

          Or, beaucoup d’études publiées sur le mensonge ont démontré qu’il n’existe aucun indicateur non-verbaux associé au mensonge (Bond et al. 2006; Sporer et al. 2007),

          Merci encore de votre contribution,
          Amicalement

          Benjamin

  4. Bonjour,

    Je ne pense pas qu’il faille l’interpréter de cette manière. Vous voyez, le problème auquel nous sommes confrontés, c’est que l’information délivrée dans les livres ne nous révèle qu’une partie du message réel.

    Je m’explique. Dans le passage du livre de C. Gagnon :
    « Si la partie gauche du visage est la première à vous faire face, le « non » peut être faux. Le côté gauche est celui qui exprime l’émotion et donc, il se peut que la personne cherche à ne pas vous blesser… : Cette partie va bien

    « …ou pense tout simplement « oui » pendant le mouvement ce qui signifierait un item de mensonge » Celle ci également mais ces quelques mots sur le mensonge ne reflètent pas ce qui est dit dans le paragraphe entier. Vous pouvez être tout à fait authentique, dire oui (verbalement) et faire non de la tête et ce tout en disant la vérité. Les règles de lecture des axes de tête, et je vais devoir m’arrêter là pour cette petite introduction, ne se référent pas au mensonge et à la vérité.

    Par ailleurs il ne s’agit là que d’un item, il en faudrait d’autres pour décrypter une attitude de menteur qui soit dit en passant n’est vraiment pas simple.

    Cela ne nous permet pas, et à quiconque de dire de quelqu’un qui fait un faux non qu’il ment. Dans cette optique là même pour une part de gâteau nous sommes menteurs, il faudrait revoir la définition du mensonge et ce, à cause d’une seul tout petit item. Le passage du livre que vous citez est correct mais dans ces cas là nous préférons parler de non-dits, plutôt que de mensonge.

    Le faux non n’est PAS un indicateur direct. Il peut nous mener sur la piste du mensonge mais il n’atteste pas que dans 100% ni même 10% des cas, qu’il révèle le mensonge.

    Adopter cette manière de penser – je ne dis pas que vous l’adoptez – c’est partir sur des bases à la Lie to Me, c’est purement fictif !

    En espérant avoir éclaircit le sujet.

    • Merci Anonyme pour cette réponse et le temps que vous nous consacrez,
      J’apprécie votre prudence (légitime et prouvée) quand à limiter la détection du mensonge à une liste d’indicateurs (quel que soit le canal),
      Il est dommage pourtant que certaine personne diffuse des messages catégoriques comme c’est le cas sur ce lien : « Les signes de mensonges (…) 4.Le faux non : si la personne débute son signe « non » de la tête en partant de l’œil gauche » extrait de : Synergologie – Décrypter le langage non verbal en affaires

      Ce que je remets en question dans les « faux non » n’est pas le fait qu’ils puissent « nous mener sur la piste du mensonge » comme vous le dites, ce que je remets en question c’est la fiabilité et la validité de cet indicateur qui n’est que « synergologique » et non scientifique.
      Les résultats de l’expérience que nous avons conduite avec Hugues Delmas ont démontré sans appel qu’il n’y a aucun lien entre le mensonge et la direction de départ de la tête, qui soit dit en passant relève du hasard. Cependant nous avons pu constater de façon très significative (sans réellement pouvoir en interpréter les raisons) que l’orientation de la tête présent avant la production du « non » influait sur ce mouvement. Ainsi si ma tête est orientée vers la droite au moment de dire « non », je vais faire « non » de la tête vers la droite et vice et versa…

      Bonne journée à vous

      Benjamin Elissalde

Leave a Reply

Votre adresse éléctronique ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Scroll To Top