Accueil / Corps / Auto-contact / Le rôle de l’imitation dans la séduction

Le rôle de l’imitation dans la séduction

imitation
Peut-on au travers de la communication non verbale repérer si une personne est séduite et attirée par quelqu’un ? S’il existe de tels indices non verbaux diffèrent-ils si vous êtes en couple ou célibataire et suivant l’attachement amoureux que l’on a envers sa ou son partenaire ?

Imitation et séduction

Les premiers instants d’une relation amoureuse sont vertigineusement enivrants. Les jeunes amoureux ont un désir insatiable d’affection pour leur partenaire. Les personnes en couple ont tendance à imiter les gestes, les postures, le ton de la voix, etc. de leur partenaire. Ces effets sont appelés coordinations comportementales, mirroring ou synchronisation. Ce processus d’imitation des comportements est automatique et inconscient. En effet la découverte des neurones miroirs suggère la présence d’un mécanisme neurologique pour l’imitation inconsciente. Par exemple, les participants en présence d’un tremblement des pieds d’une personne sont plus à même de bouger leur pied.
De plus, les émotions, la motivation et les objectifs poursuivis influencent la tendance d’un individu à imiter quelqu’un d’autre. Ces observations suggèrent la complexité des processus sous jacents l’imitation. En 2009, Nicolas Guéguen a utilisé le contexte d’un speed dating pour étudier l’imitation des comportements dans la séduction. Ainsi les femmes qui disaient avoir un grand intérêt et une grande atractivité sexuelle envers un homme, imitaient la gestuelle et les expressions vocales lors du speed dating.
Au travers de cette étude Farley a souhaité déterminer différents comportements non verbaux associés avec l’intérêt romantique envers une personne très attractive. L’auteur s’est en plus intéressé à l’impact du statut amoureux des participants, c’est-à-dire s’ils étaient célibataire ou en couple, sur les comportements non verbaux. Les personnes en couple devaient évaluer l’amour envers qu’elles portaient pour leur partenaire.
Pour cela des hommes hétérosexuels ont interagi avec une femme hautement attractive. Au cours de l’échange la femme complice de l’expérimentateur devait toucher son visage toutes les 15 secondes. L’imitation était analysée au travers du nombre de fois que l’homme touchait son visage au cours de l’échange. D’autres comportements non verbaux étaient également étudié comme les hochements de tête, les rires, les sourires, la posture ouverte du corps, le ton de la voix, etc.
Les comportements qui ont émergés comme le plus prédictif d’une volonté de maintenance de la relation sont : l’imitation, le sourire et la douceur de la voix. L’indice le plus pertinent était l’imitation, en effet, les hommes qui ont exprimé ressentir un intérêt romantique ont davantage imité les gestes de la jeune femme et l’ont probablement fait de manière automatique, intentionnellement, et sans en avoir plus conscience que cela. Cependant, les personnes en couple et plus les personnes disaient aimer leur partenaire moins ces personnes imitaient les comportements. L’imitation est également un mécanisme de distanciation sociale.

De Hugues Delmas

Fondateur et rédacteur en chef

Leave a Reply

Votre adresse éléctronique ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Scroll To Top