Accueil / Corps / Quand les doigts en disent long sur le pénis

Quand les doigts en disent long sur le pénis

Il existe une rumeur selon laquelle les doigts auraient un lien avec la longueur du pénis, pourtant, jusqu’à aujourd’hui aucune étude n’avait été réalisé pour confirmer ou invalider cette rumeur populaire. Des chercheurs viennent de se pencher sur la relation entre la taille du sexe et les doigts, ont-ils alors bien trouvé une relation entre la taille des doigts et la taille du pénis ?

In Ho Choi et al (2011), dans le cadre d’interventions chirurgicales en urologie, ont mené une étude sur la relation de la taille des doigts et du pénis. Cette relation qui peut au premier abord paraitre fantastique ne l’est pas tan que ça. Dans un premier temps, la litérature scientifique a montré que le rapport entre l’index et l’annulaire est un indicateur valide de la concentration de testostérone. En effet, la testostérone bloque la croissance de l’index, et ceci particulièrement sur la main droite. Ainsi les hommes, dont la testostérone est une caractéristique hormonale, ont tendance à avoir un index plus court que leur annulaire, alors que les femmes ont un index de même taille que l’annulaire. Les précédentes études ont montré que plus un homme avait un taux de testostérone élevé plus son index était court par rapport à son annulaire. Ce rapport entre l’index et l’annulaire est environ égale a 1 pour les femmes et inférieur à 1 (en moyenne 0,96) pour les hommes, ce ratio est appelé l’indice de Manning (Voir l’article : « L’indice de Manning« ).

Taille des doigts et pénis

Au delà d’un effet sur la croissance de l’index, la testostérone, qui est l’hormone masculine, joue un rôle primordial dans la croissance du pénis. En effet, au niveau embryonnaire la sécrétion de la testostérone par les cellules de Leydig engendre la masculinisation des organes génitaux. En d’autres termes, la présence de la testostérone permet, entre autre, la croissance du pénis chez le foetus. En mettant en relation le fait que la testostérone influence la taille de l’index et joue un rôle primordial dans la croissance du pénis, les auteurs se sont donc penché sur la relation entre l’indice de Manning (taille de l’index/annulaire, de la main droite) et la longueur du pénis.
Pour cela les auteurs ont, dans un premier temps, mesuré la taille de l’index et de l’annulaire de la main droite de 144 hommes asiatiques hospitalisés dans le cadre d’une hospitalisation chirurgicale d’urologie. Dans un second temps et sous anesthésie un deuxième expérimentateur, qui n’avait pas connaissance de la taille des doigts du sujet, mesurait la taille du pénis étiré. A partir de l’indice de Manning et de la taille des pénis étirés, les auteurs ont établi le nuage de point suivant :

 

La taille du pénis étiré est à lire sur l’axe des ordonnés « Strectched penile length », en centimètre. L’indice de Manning est à lire sur l’axe « Digit ratio », La valeur « 1 » signifie que l’index et l’annulaire sont de la même taille. Lorsqu’il est inférieur à « 1 », l’index est plus court que l’annulaire et inversement si l’indice est supérieur a « 1 ». Pour rappel les hommes ont, en moyenne, un indice de Manning inférieur à 1. La courbe tracée met en évidence que plus l’indice de Manning est petit (c’est à dire plus l’index est petit par rapport à l’annulaire), plus le pénis est grand.

Les résultats montrent que contrairement aux idées reçues, la taille des doigts en soi n’indique rien sur la taille du pénis. En d’autres termes, avoir de grands doigts ou de petits doigts ne permet pas de prédire la taille du sexe. Par contre, c’est le rapport entre la taille de l’index et de l’annulaire (indice de Manning) qui peut fournir certaines informations sur la longueur du pénis. C’est la concentration de testostérone, qui influence la taille de l’index et la formation du pénis chez l’homme, qui permet d’expliquer les constatations faites. Ainsi plus un homme a un index court par rapport à son annulaire plus il a tendance a avoir un long pénis.

À propos Hugues Delmas

Docteur en psychologie, il dirige d'ADN Research (département de recherche d'ADN Group). Il anime également le site dédié à la détection du mensonge : www.vousmentez.com.

Laisser une réponse